Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

UNE PSY ... CAUSE

UNE PSY ... CAUSE

Un regard intime (et féminin!) sur la société, la famille, la personne ... et les psychothérapies!


Journée de la violence faite aux femmes : Vive Sainte Catherine !

Publié par Marie-José Sibille sur 25 Novembre 2015, 08:29am

Catégories : #Alterégales

JOURNEE CONTRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES :

VIVE SAINTE CATHERINE !

 

Je n’ai trouvé nulle part de lien direct entre la Journée internationale de sensibilisation à la violence faite aux femmes et l’histoire de Sainte Catherine. C’est bien dommage, car Catherine est un bon exemple de liberté féminine. Notre précieuse laïcité ne devrait pas nous priver de la richesse symbolique de notre histoire.

En quoi Catherine peut-elle inspirer la lutte contre la violence faite aux femmes ?

Elle refuse le mariage que lui propose un empereur, sous prétexte de son union mystique avec Jésus ; un homme qui a le mérite de ne pas trop être exigeant côté devoirs conjugaux. Le prétendant éconduit fait alors démembrer la rebelle et la soumet au supplice de la roue. Un très bon exemple de violence masculine, non ? Comme elle résiste encore, il finit par la faire décapiter, montrant à quel point la volonté féminine libre l’indispose. Mais ce n’est pas tout. Très intelligente, Catherine suit les cours des plus grands maîtres chrétiens. Elle réussit à démontrer à 50 grands philosophes d'Alexandrie la vanité des idoles et la fausseté de leur foi, jusqu'à les convertir tous. C’est d’ailleurs son intelligence et pas son sex-appeal qui a séduit l’empereur Maxence. Une vraie passionaria, mais aussi une des rares femmes docteur de l’Eglise. Patronne des philosophes et pas seulement des filles en attente de mari, c’est aussi la seule sainte à avoir trois auréoles au paradis : la blanche des vierges, entendez celle de la femme non soumise à la sexualité masculine, la verte des docteurs, et la rouge des martyrs.

Quel chapeau !

Et la tradition des Catherinettes justement ? Elle consiste donc à coiffer d’un chapeau extravagant les femmes de 25 ans n’ayant toujours pas trouvé de mari (malgré leur recherche éperdue, nous sommes bien d’accord …).

On peut voir cette tradition de deux façons. Elle peut illustrer le statut humiliant de la femme, celui qui consiste à être toujours définie en tant que « femme de », celui où il faut passer de          « Mademoiselle » à « Madame » pour être socialement respectable. Dans cette optique, si à 25 ans vous êtes toujours « vieille fille », rendez vous encore plus ridicule en portant un chapeau dont le look redoutable fera fuir même le plus abruti des mâles en rut ... Mais je vous propose de voir plutôt cette tradition comme une célébration de la liberté et de la créativité féminines. Le chapeau de la Catherinette marque ainsi la rupture avec les codes vestimentaires féminins tyranniques, ceux destinés à plaire à n’importe quel prix.

Et enfin la dernière merveilleuse surprise de cette symbolique : « A la Sainte Catherine, tout ce qu’on plante prend racine » nous dit le dicton. Ce jour-là particulièrement, la Terre accueille et fait fructifier la vie. Or la Terre, Gaïa comme il est coutume de l’appeler à nouveau , est bien la première femme à souffrir de la violence des hommes.

Elle continue pourtant à les supporter.

Peut-être parce qu’elle sait que contrairement aux centaines de femmes qui meurent de cette violence dans notre pays, elle aura le dernier mot.

Commenter cet article

Marie-José Sibille 25/11/2015 21:01

Merci Joëlle, toutes ces femmes méritent d'être reconnues. Tu peux nous en dire plus sur Malinche STP ?

SERRIERE 25/11/2015 11:43

J'ai appris des choses fort intéressantes sur la vie de Catherine.
A la recherche de femmes intelligentes qui ont eu un rôle historique fondamental, j'en ai trouvé une : Malinche, très connue en Espagne et au Mexique, totalement inconnue en France.
J'ai écrit à son propos (qui résonnait avec ma propre histoire) un livret d'opéra, l'opéra étant un vecteur de transmission de l'image de la femme tout à fait caricatural!
Peut être que ça restera dans mes archives et que ça n'ira pas plus loin.
Mais j'ai eu la satisfaction d'aller au bout de ce travail d'écriture en compagnie de ma soeur Malinche.
Je pense que mon travail avec toi a permis cette création : je me suis enfin fait suffisamment confiance et j'en sors heureuse.
Merci à toi et continue à oeuvrer sur le chemin de la libération des femmes, le seul permettant de rendre les hommes libres à leur tour.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents