Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

UNE PSY ... CAUSE

UNE PSY ... CAUSE

Un regard intime (et féminin!) sur la société, la famille, la personne ... et les psychothérapies!


Je déteste le mot « mari »  (Pour parler de l’homme de ma vie) ...

Publié par Marie-José Sibille sur 6 Mars 2017, 21:32pm

Catégories : #Alterégales

Je déteste le mot « mari » 

(Pour parler de l’homme de ma vie)

 

 

Vous savez quel est l’homonyme du mot mari ?  

Marri … Etre marri, cela veut dire  « être désolé de quelque chose, attristé ou contrarié, fâché ». Vous comprendrez qu’avec un tel homonyme, votre mari, si vous persistez à vouloir l’appeler comme cela, vous fasse la gueule pour un oui pour un non, surtout pour un non d’ailleurs.

 

Mais il y a bien pire.

« Mari » vient du latin « maritus », lui-même dérivé de « mas, maris », signifiant mâle. Ce mot a éliminé « vir », l’homme.

Vous me voyez venir ?

Le mot mariage vient de mâle ! Il s’agit d’amener la vache au taureau ou la jument à l’étalon. La femme n’existe pas dans le mariage, son père la « mariait » c’est-à-dire la donnait à un homme, et sa tutelle passait du père au mari …

Vous allez me dire qu’au temps du mariage pour tous les choses ont bien changé.
Mais quand même.

 

Si il y a une chose qui ne m’a jamais trahie c’est bien l’étymologie. J’en suis fan depuis mon enfance. Où mon papa, comme je l’ai raconté dans un autre article, ouvrait un des douze volumes du Littré à table pour nous raconter l’histoire de chaque nouveau mot qui venait dans la conversation

Je décide donc de lui rester fidèle et de renier ce mot aliénant pour ma fière identité féminine.

Mais je suis mariée remarquerez-vous sournoisement.
Et alors, vous n’avez jamais changé d’avis, vous ?

Non je ne vais pas divorcer, mot dont l’étymologie signifie tout bêtement se séparer ou se détourner de quelqu’un ou de quelque chose. 

Parfois les mots ne cachent pas d’horribles sous-entendus dans leurs racines. 

 

Je ne vais pas changer d’homme, mais je vais changer de mot.

D’ailleurs quand vous pensez au mot mari, qu’est-ce qui vous vient à l’esprit, juste entre nous

Un psychorigide incapable d’exprimer un sentiment, de s’excuser ou de dire merci, et qui vous engueule encore une fois parce que vous avez mal garé la voiture, vous la reine du créneau ? 

A moins que ce ne soit un gros bébé anxieux, ça s’améliore pas avec l’âge, qui a besoin d’une maman pour lui faire de bons petits plats, lui laver ses chaussettes, et lui dire que « mais non enfin tu n’as pas de cancer de la prostate » ou au contraire, selon quelle femme vous êtes,

« n’oublie pas tes pilules et ta petite laine, il fait bien froid cet après-midi » ?

Ou encore un grand ado version complexe de Peter Pan passant son temps devant son ordi  ou avec ses copains, styles différents, un homme que l’idée de devenir père fait partir en courant, souvent, c'est le problème après vous avoir fait un bébé ?

Tout ça ce sont les maris, et j’en oublie sûrement, vous pourrez les décrire en commentaires.

 

Ce sont les maris, sûrement.

Mais ce ne sont en aucun cas les hommes de notre vie, et le mien en particulier.

 

Donc il faut trouver autre chose. Le mot conjoint est très moche, je vous passe l’évidence de ces deux mots horriblement accolés. Les mots époux et épouse sont vraiment très lourds, malgré leur étymologie acceptable et paritaire : « promettre solennellement », finalement leur lourdeur doit venir du « solennellement ».

J’aime bien dire « mon homme », comme lui  dit « ma femme », en toute équité retrouvée.

D’ailleurs puisqu’on y est, d’après les derniers étymologistes, le mot femme vient d'un radical foe, qui se trouve dans foetus, fecundus, et de mina, de sorte que foemina, signifierait celle qui nourrit, allaite. Joli, non ? Même si un tout petit peu réducteur.

 

Mais ça ne suffit pas. 

Surtout pour les présentations ou quand je parle de lui. Difficile de dire « voilà je vous présente mon homme », dis comme ça, ça a encore un côté vache et taureau, je préfère le garder pour l’intimité.

 

J’aime beaucoup le mot compagnon. Et là l’étymologie me soutient amplement. Compagnon, cela veut dire celui qui mange le même pain. Pour les intolérants au gluten, vous pouvez élargir à l’ensemble du repas, sachant que le pain était souvent, dans ces temps reculés, le meilleur des aliments du repas quotidien, et qu’il valait mieux partager son pain que sa poignée de glands.

Là ça me va bien. Surtout que les Compagnons, ce sont aussi ceux qui ont bâti les Cathédrales. Et avec mon compagnon, surtout lui mais j’ai aidé aussi, on a bâti notre maison. Et enfin le compagnon, c’est aussi celui avec qui je suis en chemin, en pèlerinage. Et au-delà du fait que nous avons vraiment fait le pèlerinage de Saint Jacques, la vie de couple est un chemin changeant qui traverse de nombreux paysages différents, et qui oblige à des transformations constantes ou à des chutes, des enlisements, ou des noyades retentissants.

 

Alors c’est acquis.

Je renonce définitivement au mot mari. 

Connaissant mon compagnon, je suis sûre qu’il n’en sera pas … marri !

Mariage pour tous 1: Eux ils partagent l'herbe ...

Mariage pour tous 1: Eux ils partagent l'herbe ...

Mariage pour tous 2 : Eux ils partagent ...

Mariage pour tous 2 : Eux ils partagent ...

Commenter cet article

Angeline 16/03/2017 16:41

j'aime me promener ici. un bel univers.

Marie-José Sibille 16/03/2017 18:40

Qui vous accueille avec joie ...

anne Le Berre-Sauze 08/03/2017 14:31

Merci pour ce joli billet. J'ai aussi beaucoup apprécié. Pour ma part, plus jeune, j'ai essayé "mon amant" mais je choquais et j'ai arrêté... J'ai opté pour "Max", son prénom et chacun y projetait ce qu'il voulait. Ensemble depuis 31 ans, nous sommes mariés depuis 7 ans et je continue de m'étonner quand on me demande des nouvelles de "mon mari"...
Merci pour la cathédrale.

Marie-José Sibille 08/03/2017 16:12

Merci Anne pour ce beau partage, très encourageant.

Catherine 07/03/2017 18:29

Un article ravissant d'espièglerie et de vérités, de célébration aux hommes, aussi !
Honneur à mon homme... mon compagnon...
Honneur à notre pèlerinage qui dure depuis 22 ans... aux paysages traversés.
A toutes nos cathédrales construites. Oh bien sur, tout le monde ne les voient pas. Mais nous si !
Et aujourd'hui, Honneur à nos 10 années de parentalité !
Il y a tout juste 10 ans et quelques heures, nous sommes devenus parents "en toute équité" ... et depuis, quel merveilleux voyage !
Merci pour cet article !

Marie-José Sibille 07/03/2017 19:47

Merci pour ce beau témoignage Catherine.

Yann 07/03/2017 16:14

Je n'aime pas mon homme ou ma femme, a cause du possessif,
Mon compagnon est bien mais au féminin c'est un peu bof...
Conjoint un peu lourd aussi... Ça passe au niveau administratif...
Nous on a opté pour mon et ma chérie, voilà

Marie-José Sibille 07/03/2017 19:46

Oui c'est vrai qu'avec ma compagne, on retrouve à une lettre près la vache et le taureau ... Et chéri(e), étymologiquement (je ne peux pas m'empêcher) vient du latin carus: auquel on est attaché par une vive affection ... Merci Yann !

Angelilie 07/03/2017 13:42

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.

Marie-José Sibille 07/03/2017 13:48

Merci beaucoup, cela me touche.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents