Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

UNE PSY ... CAUSE

UNE PSY ... CAUSE

Un regard intime (et féminin!) sur la société, la famille, la personne ... et les psychothérapies!


Je suis comme un camping au mois d’août

Publié par Marie-José SIBILLE sur 11 Septembre 2010, 07:52am

Catégories : #Le quotidien - c'est pas banal ...

Kali 01 

C'est la rentrée, et je me sens comme un camping au mois d'août: j'affiche "COMPLET".

Les choses à FAIRE impérativement s’accumulent, sous peine de :

-         finir en prison ou de payer cher pour une tonne de papiers administratifs non rendus à temps.

-         passer pour une mère indigne qui n’a pas pris le temps de remplir la fiche de l’école, toujours la même depuis le début mais il faut quand même la refaire chaque année, fiche indispensable en cas de drame prévisible en milieu scolaire ; scolaire donc hostile.

-         vivre des crises de culpabilité nocturnes intenses pour cause de devoir écologique et civique non encore concrétisé du style : quand est-ce que tu vas enfin concrétiser ce combat pour une cantine bio ? pour le vélo au village ? pour les bus scolaires au GPL ?

-         voir les panières à linge déborder, les poubelles s’accumuler, le frigidaire se vider toujours trop vite.

-         me demander pour la énième fois quand est-ce que l’un ou l’autre de nous va enfin se charger de faire réparer : la (les) fuite(s) d’eau, la (les) carreau(x) cassé(s), le téléphone qui ne marche plus depuis trois mois, la boîte aux lettres qui ne ferme plus, la voiture qui a perdu son pare-chocs … 

-         ne plus prendre le temps d’être belle, d’être femme, d’être gaie, de chanter, de danser.

-         avoir en permanence en tête l’image de Kali, la déesse aux cent bras, et trouver que ce n’est pas encore assez.

 

Vit-elle toute seule cette pauvre femme vous dites-vous sûrement à la lecture de ces lignes ?

Bien sûr que non : j’ai un mari au top, qui a compris, il ne s’est même d’ailleurs jamais posé la question, qu’on pouvait être un homme en partageant 50% des tâches ménagères, éducatives, administratives et autres de la maison.

Alors ?

Et bien il se trouve que dans notre société, pour un couple, avoir deux emplois, une maison en cours de construction, trois enfants, quelques animaux (assez gros les animaux), et un millier de passions, sans parler des amis et de la famille tant aimés, c’est prendre le risque d’être happés dans la consommation frénétique sensée faire gagner du temps, le risque du toujours plus d’actions pour essayer de remplir un gouffre, celui des « CHOSES A FAIRE IMPERATIVEMENT » qui ne sera jamais comblé ; c’est prendre le risque de ne plus avoir le temps de sentir et respirer sa vie, de ne plus pouvoir développer une conscience politique, alors que le « vivre ensemble » souffre autant dans notre société ; c’est prendre le risque, noyés dans les mille et uns devoirs, étouffés dans les mille et une loyautés, de ne plus être, de ne plus créer, de ne plus vivre pour l’essentiel.

 

Mais je suis « psy » me direz-vous. Et plus exactement, j’y tiens, psychothérapeute[1].

Les psychothérapeutes n’ont-ils pas acquis, dans leur souvent difficile parcours, cette maturité intérieure qui permet de préserver l’essentiel, cette sagesse qui permet de méditer au cœur de l’orage, de rester zen alors que les pulsions, les émotions, les injonctions, les pressions se déchaînent tout autour ?

Certes.

Je pense avoir acquis surtout l’humour qui permet de s’arrêter à temps.

Alors, je peux :

-         penser que j’ai la chance, et aussi le mérite, d’avoir une profession bâtie sur mesure que je peux adapter mois après mois aux divers autres terrains de jeux de ma vie.

-         remercier le ciel tous les jours de devoir gérer l’abondance plutôt que subir la pénurie.

-         regarder un oiseau qui passe avec une châtaigne dans le bec et éclater de rire avec mes enfants, car je vis dans un lieu où il y a encore des oiseaux et des châtaignes, plutôt que des rats et des canettes de bière explosées.

 

Je peux m’asseoir au milieu de la foule qui avance, poussée vers la mort aux cris belliqueux de : « Travaillez plus ! Consommez plus ! Mourrez plus vite qu’on ait moins de retraites à payer ! ».

Nous sommes de plus en plus nombreux d’ailleurs, à nous asseoir dans cette foule.

A partir d’un certain seuil, la marée s’inversera, j’y crois.

Et ce sera, c’est déjà, une grande marée d’équinoxe.

 

 

 



[1] J’ai expliqué pourquoi dans une autre série d’articles : « Psychothérapeute ni plus ni moins 1 et 2 », et j’y reviendrai dans une troisième partie.

Commenter cet article

anne Le berre-Sauze 11/09/2010 10:28


J'en avais envie depuis longtemps et j'ai trouvé ce temps hier : visiter la ferme de Spiruline de Vincent(si vous ne connaissez pas, vous pourrez aller vous y promener virtuellement : spiruline du
garlaban.com).
Au moment de partir nous avons échangé sur les thèmes qu'aborde Marie-José et nous nous sommes quittés sur la citation d'un chinois qu'il m'a confiée : "La révolution c'est s'arrêter"...

Bonne rentrée à chacun le nez au-dessus du guidon, pas dedans si possible,
anne

PS : que veut dire (ci-dessus) "Se souvenir de ces informations"?


Marie-José SIBILLE 11/09/2010 11:59



Merci Anne et bonne rentrée.


J'aime beaucoup le "vieux proverbe chinois": La révolution, c'est s'arrêter ...


Réponse au PS: je n'en sais rien, cela n'apparaît pas chez moi, et je suis assez basique en informatique!



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents