Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

UNE PSY ... CAUSE

UNE PSY ... CAUSE

Un regard intime (et féminin!) sur la société, la famille, la personne ... et les psychothérapies!


PASSER DU COQ A L’ANE

Publié par Marie-José SIBILLE sur 3 Février 2013, 11:51am

Catégories : #Le quotidien - c'est pas banal ...

 

Ou comment le langage ne peut que nous jouer des tours


coq

 

En entendant l’expression « passer du coq à l’âne »,vous pensez tout de suite à ces personnes qui sautent d’un sujet de discussion à un autre, « sans transition », ou d’une action à une autre, dans une crise d’hystérie hyperactive digne d’un trader de Wall Street.

Mais pensez vous à la femme (vs à l’homme bien sûr) qui, après s’être amourachée d’un petit  coq narcissique, choisit la sécurité affective d’un paisible baudet (après peut-être avoir plumé un dindon (de la farce) …) ?

Mais aussi.

Le coq se hisse sur ses ergots pour mieux écraser les autres, en particulier les poules.  C’est pour cela qu’en France, dont il est l’emblème, les femmes sont payées 27% de moins que les hommes. Oui vous avez bien lu, le coq gaulois nous enfonce la tête dans le fumier à nous les poules ! Par comparaison, les anglais en sont à 15%, mais surtout en plein mouvement, avec des revendications et des procès en cours.

Soyons honnête, le coq protège ses poules, il est le seul à pouvoir les violer plusieurs fois par jour, et se fâche fort quand un étranger veut le faire à sa place … Quant à l’âne ? Il nous porte au contraire sur les sentiers escarpés des montagnes ; il est dur à la tâche, il est proche des femmes qui dans tant de pays portent le bois et l’eau sur leurs épaules.

L’expression peut aussi prendre un sens psychanalytique (freudien s’entend) en se faisant l’écho des variations libidinales de notre compagnon.

Parler sexe, c’est aussitôt parler religion : ces deux-là sont inséparables, vous n’avez pas remarqué ? Ainsi l’âne nous parle dans les Evangiles de l’humilité nécessaire pour entrer dans le royaume des cieux : serez-vous capable de renoncer à l’ego du coq pour assumer l’abnégation de l’âne, lui qui réchauffe le petit Jésus dans sa crèche, et porte le grand dans son entrée à Jérusalem ?

Que nous dit l’éthologie quotidienne ? Chez moi habitent un coq et deux ânes. Nous avons essayé de faire cohabiter deux coqs, impossible, le dominant (qui est passé à la casserole) massacrait le dominé (que nous avons gardé, c’est un choix politique). Par contre nos deux ânes cohabitent dans une harmonie surprenante. Deux mâles (certes castrés, mais ils ne l’ont pas toujours été !) qui dansent ensemble comme le yin et le yang et sont inséparables. Le coq se jette sur nous agressivement pour réclamer sa pitance, et son viril chant d’affirmation salue le soleil tous les matins. C’est quand même sympa, parce qu’ayant choisi  le dominé, il reste raisonnable, alors que le dominant nous cassait les oreilles plusieurs heures par jour (toute ressemblance avec …), et surtout par fin de nuit. Quant aux ânes, ils m’entourent pour me faire un câlin quand je viens leur dire bonjour, leur chaude odeur me renvoie direct dans un endroit où tout va bien, où « rien ne pourra t’arriver parce que maman est là », lieu imaginaire si il en est, mais aussi bien réel si l’on en reste au plan des sensations et des émotions. Ils ne réclament jamais quand ils savent que je suis trop « débordée » pour m’occuper d’eux (ce qui ne m’empêche pas de culpabiliser bien sûr), et sont un remède très efficace quand les pressions se font trop sentir. Parfois j’ai envie de dormir à l’étable au milieu des poules, des canards et des ânes au milieu de la botte de foin, je serai bien mieux logée que la jeune femme retrouvée dans un 4m2 à Paris avec son bébé  …

Je passe ainsi du coq à l’âne[3]sans complexe, pour vous dire deux mots de l’expression « avoir la puce à l’oreille », qui de nos jours me fait irrésistiblement penser à ces accros du portable, MP3, 4, 5 et autres i-phones, j’en oublie sûrement, qui passent leur temps à régler leurs oreillettes, mais je ne vais pas aller leur « chercher des poux sur la tête »  …[4]

Parlons-en d’ailleurs, de « chercher des poux sur la tête ». Encore une corvée familiale fruit indirect et indésirable de la démocratie : « avant », quand les écoles publiques étaient infestées de poux, on passait tout le monde à la tondeuse et à la Marie-Rose et c’était l’hécatombe chez les poux, qui d’ailleurs ont disparu pendant longtemps. Et puis voilà, revenus par les côtés, ils ont envahi de nouveau notre pays en préalable au frelon asiatique et au vison d’Amérique. Et bien sûr, hors de question de raser nos enfants dans un pays encore traumatisé par les abus post-libération. Alors les poux survivent et se multiplient, passant d’un enfant à l’autre au rythme de la disponibilité et de la volonté de la mère de famille (vs du père quand c’est le cas). Les lotions anti-poux vident nos portemonnaies, gros budgets pour les familles nombreuses en âge scolaire, jusqu’à ce que la même mère de famille redécouvre les vertus de l’huile d’olive, du bicarbonate de soude et du vinaigre d’alcool. Et pour les puristes, de l’huile essentielle de lavande ou de tea-tree.

Allez, n’oubliez pas de « mettre la main à la pâte » à crêpes ce week-end, et surtout, « ne vous prenez plus la tête » si vous vous sentez incompris(e) !

ane

Chiffre repris dans « Causette », Numero 31, janvier 2013, page 19 : Inégalités salariales, une victoire anglaise.

Idem.

Pour éviter les commentaires exaspérés des puristes de la langue, je sais que « âne » est une appropriation d’un mot de vieux français qui signifiait cane à l’origine. L’expression parlait donc des relations « contre nature entre un coq et une cane, et par analogie, entre deux sujets n’ayant pas de rapport entre eux


.

  Pour l’histoire historique de ces expressions, au-delà de mon délire personnel, il existe de très bons livres sur la question.

 

 

Commenter cet article

Eric 10/07/2014 07:02

Du coq à l'âne, voyons, vous parlez de notre changement de président ?

Windows Vista help and support for hp, vaio computers 25/04/2014 11:05

I think the next generation will be completely unaware of the original meanings of these words. I wonder a time would come when these meaning swill be erased from the dictionary itself! Anyway, you have shared a well-written post here!

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents