Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

UNE PSY ... CAUSE

UNE PSY ... CAUSE

Un regard intime (et féminin!) sur la société, la famille, la personne ... et les psychothérapies!


Qui t’es, moi ?

Publié par Marie-José SIBILLE sur 5 Janvier 2010, 18:13pm

Catégories : #La psychothérapie - de quoi ça parle

 

 

Réflexions sur l’identité

 

 

Depuis la première plongée dans les yeux de ma mère, je suis en quête d’un miroir suffisamment bon, un regard qui soutienne mon identité, un regard qui me dit : « Voilà ce que tu es, et cela est juste et bon», pour que je puisse dire un jour : « Voilà ce que je veux être et ce que je serais, voilà ce que je suis, et cela est juste et bon ».

Si ce regard n’a pas existé, je vais le rechercher partout, jusque dans le noir miroir de la mort.

La définition de ce qui fait notre identité change selon l’identité des intervenants, cela n’est pas surprenant. Mais cela nous oblige à chercher profondément où peut se trouver le socle commun, si il existe.

Pour certains, l’identité se définit surtout par la somme de nos appartenances successives, et le changement identitaire se traduit par un changement de groupe d’appartenance. Cette crise doit être vécue par nombre de personnes immigrées, et certains, qui veulent confondre leur l’identité avec celle de la France, se sentent alors menacés par ces agents extérieurs qui viennent changer la couleur de leur peau collective, et la tonalité de leur hymne national.

D’autres pensent au contraire que c’est l’émergence de qualités intrinsèques et de nouvelles créativités, à travers de multiples crises de croissance, et j’ajouterai de décroissance, qui déterminent l’identité d’un sujet.

Pour certains nous sommes une bibliothèque, une armoire de dossiers suspendus et quelques albums photos, bref, une mémoire, tissée et retissée au fur et à mesure que nous faisons et refaisons le récit de nos vies.

Pour d’autres nous sommes l’instant présent, ce que nous faisons, et ce que nous créons.

Pour d’autres encore, ce que nous pensons, ou ceux que nous aimons.

Sujet de désir, objet de pulsions ?

Etincelle de conscience, vacuité bouddhiste ?

Animal social, sujet libre et égal ?

Femme, homme, androgyne ?

Vieillard enfant, adulte post-adolescent, éternel nourrisson ?

Ainsi nous sommes avec le thème de l’identité au cœur de visions multiples ; certaines, transcendantes, nous définissent de l’extérieur, comme parties et issus d’un collectif dominant, d’autres, immanentes, mettent l’accent sur la lente émergence d’un sujet, telle une île naissant de l’océan des possibles, ou encore sur sa laborieuse construction, et nous viennent alors des images architecturales depuis la chaumière à la campagne, jusqu’à la cathédrale de Reims ou la tour de Dubaï …

Il me paraît difficile d’attribuer une forme précise, une source unique, à ce qui peut me faire croire, penser, ressentir que je suis moi et pas une autre.

Si je mets l’accent sur les influences collectives, tellement multiples, dans le temps et dans l’espace, comment les résumer ?

Si je mets l’accent sur l’émergence intérieure, où trouver une partie de moi qui n’ait pas été touchée par l’autre ?

Et que faire de tous ces bouts de moi qui n’ont pas, ou plus, accès à l’expression quotidienne ? Les identités passées, toujours présentes, mais aussi celles dont j’ai dû faire le deuil, puisqu’un jour il nous faut renoncer à tout ce qui aurait pu être, n’a jamais été, et ne sera jamais. Tous ces personnages intérieurs non réalisés, toutes ces vies que j’aurai pu mener et qui viennent parfois me faire signe, au détour d’un rêve, ou d’une rêverie.

Je regarde les gens avec qui je suis en lien, des alter egos, si peu différents si je les compare à l’infinie diversité de la vie. En les regardant, je peux voir comme un moi éparpillé dans chacun d’eux, ceux que j’aime, ceux que je repousse, ceux que je rejette, celles dont j’ignore l’existence.

Tais-toi, moi !

T’es qui, toi ?

T’es moi, toi ?

T’es toi, moi ?

Je sais au moins que quand l’autre n’existe pas, c’est l’enfer.

Puis je regarde la Nature, comme un autre miroir, plus vaste encore, le ciel, les animaux, les arbres, les endroits et les êtres où je me reconnais, et là où l’inconnu me fait peur.

Un nouveau visage, encore, se dessine.

Et encore, ou enfin, comment vais-je mourir, quel sera mon visage quand il n’y aura plus de miroir, que le noir miroir de la mort ?

Et quel était mon visage avant que je ne naisse, avant même ma conception ? Etait-ce celui du désir de mes parents ? Ou celui d’un moment de l’univers ?

Etre au monde, c’est me semble-t-il accepter l’idée d’une identité fluctuante, mouvante, dont l’image la plus proche pourrait être celle du tourbillon : un mouvement tournant sur lui-même pour garder une certaine cohérence, en échange permanent de particules avec le monde environnant, et susceptible un jour ou l’autre d’arriver au bout de son énergie pour ne laisser qu’un petit tas de poussière.

Ne pas s’attacher aux parties de soi qui s’enfuient, ne pas courir après celles que l’on voit venir, laisser vivre le tourbillon, telle je me reconnais aujourd’hui.

Mais demain ?


 

Pour approfondir :Identités: entre être et avoir, qui suis-je?   , sous la direction de Joyce Aïn, Editions Erès 2009. Participation de Marie-José Sibille : « La peur de l’autre : quand la différence devient menace ».

Michel Serres par exemple

Commenter cet article

tximeleta 07/01/2010 23:43


Mais demain ?

Si j'étais ...
un arbre : je serais un peu pliée
un pays : le pays imaginaire
un objet : perdu
un magazine : je serais glacée
une activité : volcanique
un voyage : dans le temps
une qualité : je connaîtrais mes défauts
un défaut : j'aurais toutes les qualités
une année : l'année dernière toujours.
un espoir : on me caresserait souvent
un personnage célèbre : je serais Siméon le papillon …

entre être ou pas qui suis je ?
dans quel état j'erre ?


anne le berre-sauze 07/01/2010 11:01


En guise de Merci pour ton blog que je trouve vraiment très intéressant,je t'envoie cette citation, extraite de “Les fruits du cyclone, une géopolitique de la Caraïbe” de Daniel Maximin, écrivain
interviewé par Frédérique Ferney“ dans son émission "le Bateau Livre ” au Printemps 2007 :

L’identité est un fruit, pas une racine.




et, en effet, si nous sommes innocents de nos racines, nous sommes responsables de nos fruits !...


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents